samedi 29 juillet 2017

Jean-Claude Barbé, poète








Jean-Claude BARBÉ

(1944—14 juillet 2017)


D’un cahier d’hommage rendu par la femme, la fille et la petite fille du poète



Faux départ


Je mourais. Je croyais mourir sous une étoile
Ma vie me chassait d’elle à coups de parapluie
Je vivais dans l’attente d’un jour très rare
Je regardais courir et se perdre mon sang
Sur les marches d’un escalier sonore
Vers la porte de communication avec la mer
Les flots sombres gargouillaient sur le seuil 
Les chiens flairaient l’orage à travers la brume
Et j’étais mort depuis longtemps lorsque l’éclair
Réveillait les murs endormis la pierre usée
Les maisons sans mémoire et les puits dont l’eau pleure
Mais déjà le soleil prenait de la hauteur
Semblable à une fleur il éclairerait bientôt ma case
Je survivrais au pire et mon cœur réparé
Imposerait son rythme à l’éclosion du monde 
  
                                                          (non daté)



D’une lettre d’André Breton au jeune poète


                                 St Cirq le 1er août 1962


                        Cher Jean-Claude,


Toujours aussi beaux tes poèmes — je veux dire que j’en garde la même curiosité et que le plaisir qu’ils me donnent n’a pas décru. Veille surtout à ne pas les égarer.
…/…




Hormis quelques rares publications dans des revues surréalistes, notamment La Brèche et L’Archibras, Jean-Claude Barbé a fait paraître des livres à compte d’auteur et à diffusion quasiment secrète. Toute sa vie a été marquée de ce signe du « faux départ » qui reste très difficile à élucider.



                                                                                                                                           Pierre Vandrepote

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire